lundi 21 janvier 2019

TRUMP



l'homme nuit à l'homme
trahit les mots 
sature l'air
sa haine est rance
il rit des faibles
jouit des riches
les qui empochent
et Bahamas
en gros voiliers
les qui effondrent
les fourmilières
pour fabriquer
des jeunes filles
faciles à prendre
pour se gaver
de territoires

l'homme tue le temps
son épaisseur
casse l'ampoule
de l'avenir 
aux jouets d'autrui
il met le feu
des vies calcine
englue des plumes
graisse des larmes
pond dans des nids
des œufs grenades

l'homme est obscène
pauvre moulin
qui tourne mal
semant le vent
comme un grelot
il est le clown
le roi des faux
il est l'estrade
et le tam-tam
la grosse caisse
qui tape tape
sur le concept
d'humanité
tuer d'abord
soigner après
tuer d'abord
soigner après



21 janvier 2019

jeudi 10 janvier 2019

L'art (du poète) et la matière






La poésie arrache au monde
pèle fouille darde
les lacs les forêts pénètre
l'éblouissement des squares
ramène d'un vol d'oiseau l'écume du vent
puise à l'indicible,
l'habille d'herbes fraîches
que chacun peut porter
la poésie est ascension et tunnel
où le jour file comme un bas de soie

Tout vers ébranle l'éternité
le poète creuse déblaie
il est taupe lombric
boyauteur de l'avant
galeriste par tous temps
l'intuition comme lampe
l'âme en bandoulière
prenant tout voulant tout
le poète est de fond
et, obscur ou majeur
au fond toujours mineur


  10 janvier 2019




dimanche 30 décembre 2018

Tiens bon Constantin



Tu portes lourd sur tes épaules
Tu portes clair vers l’avenir
Les fleurs de la jeunesse
Se baignent de droiture
Malgré l'opprobre la haine
Qui guettent
Peut-être même l'acier
Tenir seulement tenir
Est le combat qui vaille
Dans la mitraille déchaînée
De la démagogie
Tiens bon Constantin
L'histoire est avec toi


Procédure de destitution engagée
contre Constantin Lazar, procureur général de Roumanie
24 octobre 2018


Eisenberg, mon frère





Eisenberg, mon frère
de l'autre côté de l'eau
je te découvre quand tu meurs
qui commentais la vie
en hexamètres purs
coupant comme au diamant
l'actualité du monde



quatre-vingt-dix-neuf ans
qu'est-ce pour un poète
nous aurions pu nous rencontrer
de ton blog prestigieux
au mien confidentiel
ah ! que Trump nous unit
dans la funeste inspiration



je te lirai mon frère
il est toujours temps
et brandirai le flambeau
je serai proche de toi
traçant les premiers mots
au tout premier café
d'un monde un peu plus beau



 
Décès du poète Larry EISENBERG
blogeur du New-York Times
26 décembre 2018
(https://www.nytimes.com/2018/12/26/obituaries/larry-eisenberg-ad.html)

Eisenberg, my brother
from the other side of the water
I discover you when you die
who commented on life
with pure hexameters
diamond
cutting the world and the news



ninety-nine years
old
not much for a poet
we could have met
o
n your prestigious blog
on my confidential one
ah! howTrump gives us
the same gloomyinspiration



I shall read you my brother
It's still time
And I 'll hold the torch
And I' ll get closer to you
Building within a few words
From an early morning coffee
A little better world

 


 
 
 
 
 (https://www.nytimes.com/2018/12/26/obituaries/larry-eisenberg-ad.html)

vendredi 21 décembre 2018

Combattante Kurde




Je déteste la guerre
Et pourtant je t'admire 
Combattante kurde
Tu ne te veux pas femme
Plus que les hommes ne sont hommes
Tu te bats pour l'évidence
L'égalité et le soin
Que l'on doit aux faibles aux vieillards
Cheveux libres idées fières
Tu défais les clichés
Clamant à l'État islamique
Qu'il est simplement ridicule
Aux Turcs qu'ils te laissent tranquille
Vivre en paix sans haine en voisins

Dans tes tresses tes boucles tes nattes
Tu portes ce que Marx espérait
Lait cuir acier te sont familiers
Ta brigade toujours est exemple
Combattante kurde
Tu détestes la guerre 
Que tu fais malgré toi 
Abattant des semblables par trop dévoyés
L'avenir te sait gré 
De la piste tracée
Quand le chemin ailleurs 
Aux femmes d'Arabie
D'Inde ou Indonésie
Paraît encore impossible à suivre
Donald Trump annonce le retrait unilatéral  des troupes américaines de Syrie
(20 décembre 2018)